17/07/2017

deux heures en apesanteur (1634)

http://www.imdb.com/title/tt0031885/?ref_=ttfc_fc_tt
Les qualités formelles du film ne seront appréciées qu'après-guerre. Alors on louera sans réserve cette virtuosité inouïe dans l'usage de la profondeur de champ, des plans longs, des mouvements d'appareil, complexes et fluides, transformant un décor théâtral en une suite continue d'espaces où défile, comme en une mascarade, toute une société. Loin de regretter que ce vaudeville, cette comédie des erreurs se change — et se fige — en une tragédie grinçante et passablement dérangeante, un nouveau public de cinéphiles, d'amateurs passionnés, d'apprentis cinéastes verra là la synthèse géniale d'un artiste qui utilise à fond, dans ce qu'elle a à la fois de visuel et de littéraire,
l'écriture cinématographique.
Jacques Lourcelles
o O o
Cœurs sensibles, cœurs fidèles,
Qui blâmez l'amour léger,
Cessez vos plaintes cruelles :
Est-ce un crime de changer ?
Si l'Amour porte des ailes,
N'est-ce pas pour voltiger ?
N'est-ce pas pour voltiger ?
N'est-ce pas pour voltiger ?
Le Mariage de Figaro,
acte IV, scène X.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire