31/05/2012

la mémoire photographie (4400)

Jessica Backhaus, Swidwin, 2001.

inventaire des images orphelines (289)

la mémoire photographie (4399)

Harry Gruyaert, New York City, 1996.

la mémoire photographie (4398)

deux heures en apesanteur (895)

For its time, the semi-autobiographical approach of The 400 Blows was quite revolutionary and offered a degree of frankness not previously seen before in movies. This honesty, in addition to the film's lack of sentimentality, melodrama, or pretentiousness, was at the very heart of Truffaut's ideal of the personal cinema. It was for this reason that The 400 Blows was so well received in 1959 and why even today, the film continues
to be widely admired.
Ed Nguyen
oOo
It is testament to the evocation of humanity that The 400 Blows does not appear dated today. It is from a more innocent age, but a film so completely about people as this remains timeless. If the plot dominated, it might not sit so well with modern audiences; what matters is Antoine Doinel and the people around him. They are as relevant today as they ever were. I find it hard to pinpoint exactly what it is that makes this 44-year-old masterpiece such a powerful and enjoyable film. Perhaps the answer is the intangible genius of François Truffaut.
Keith Dudhnath, 2003.

la mémoire photographie (4397)

la mémoire photographie (4396)

il manquera toujours une case (113)

les archives de l'amicale louis-réard (1120)

la mémoire photographie (4395)

30/05/2012

deux heures en apesanteur (894)

Une tragédie politique saignante, narrée avec une véritable maestria et une bonne dose d'humour noir. C'était en 1990 : la mise à mort politique de Margaret Thatcher, alors Premier ministre, par les hommes de son propre clan, en trois jours décisifs, entre le 19 et le 21 novembre... Raconté par les acteurs mêmes de cette déchéance, conseillers, ministres, directeurs de campagne — tous ceux qui ont participé à l'exécution en règle —, le complot prend des allures de jeu de massacre, mais aussi de poker menteur [...]. C'est une tragédie shakespearienne moderne que nous interprètent, avec un art consommé du cabotinage et de la formule assassine, les nombreux témoins [...]. En creux, un saisissant portrait : celui d'une femme blessée, aveuglée par sa propre puissance, incapable d'enrayer le cours des événements. Qui dira à sa fille : « Je n'oublierai ­jamais. Et je ne leur pardonnerai jamais. » Du grand art.
Hélène Marzolf

la mémoire photographie (4394)

Lomen Brothers, Alaska, 1903.

arthel lane "doc" watson, 1923-2012

It is with profound sadness that we announce that
Doc Watson passed away on Tuesday.

la mémoire photographie (4393)

Lee Friedlander, New York City, 1980.
Via Francomac.

la mémoire photographie (4392)

(The Cooler, Wayne Kramer, 2003).

la mémoire photographie (4391)

Nicholas Nixon, The Brown Sisters (1982).
Via Francomac.

la mémoire photographie (4390)

la mémoire photographie (4389)

Roxana Muntean, În tihna orelor târzii (2012).

il manquera toujours une case (112)

Greg, 1966.

les archives de l'amicale louis-réard (1119)

la mémoire photographie (4388)

BrooklynTheory, Summer Fun, Bushwick (2012).

la mémoire photographie (4387)

29/05/2012

la mémoire photographie (4386)

William Eggleston, série Fourteen Pictures (1974).

la mémoire photographie (4385)

signalétique atypique (736)

la mémoire photographie (4384)

James Jowers, E. 3 st. (1967).

les archives de l'amicale louis-réard (1118)

il manquera toujours une case (111)

la mémoire photographie (4383)

la mémoire photographie (4382)

Gilles Caron, quai de la Conférence, mai 1968.

une bibliothèque en désordre (227)

Il semble que l'humour de l'auteur est considérable, mais qu'il est délibérément en bride, comme si l'écrivain tenait d'abord à exécuter un gros roman "de plage" très efficace, tout en laissant ouverte la possibilité qu'on éclate de rire, si on veut bien lire sérieusement — et aussi la possibilité qu'on soit saisi d'effroi. C'est un travail assez remarquable : on joue avec succès la carte du roman de distraction, on y utilise des stéréotypes qui sont des énormités, et on avance secrètement une vision du monde secrètement scandaleuse et beaucoup plus vraie que celle des thrillers et romans d'espionnage généralement considérés comme supérieurs.
Jean-Patrick Manchette,
Chroniques (1996).

la mémoire photographie (4381)

26/05/2012

deux heures en apesanteur (893)

A sa naissance, il n'est donné à l'homme qu'un seul droit :
le choix de sa mort. Mais si ce choix est commandé
par le dégoût de la vie, alors son existence
n'aura été que pure dérision.
oOo
Le Deuxième souffle, œuvre haletante, passionnante, dure deux heures et demie. Il fallait un brin d’audace pour prêter à ce thriller un laps de temps généralement réservé aux trucs bibliques ou aux machins napoléoniens.
Cependant, le résultat est là, indiscutable : pas une minute l’étau ne se desserre, pas une seconde le regard ne se voile d’indifférence ; devant l’écran, la participation est totale : pas un mot, pas un bruit, rien que des yeux emplis de curiosité, voire d’angoisse.
Pierre Ajame, Les Nouvelles littéraires,
5 novembre 1966.

la mémoire photographie (4376)

Jerzy Tomaszewski, Varsovie, 1944.

la mémoire photographie (4375)

la mémoire photographie (4374)