26/05/2012

deux heures en apesanteur (893)

A sa naissance, il n'est donné à l'homme qu'un seul droit :
le choix de sa mort. Mais si ce choix est commandé
par le dégoût de la vie, alors son existence
n'aura été que pure dérision.
oOo
Le Deuxième souffle, œuvre haletante, passionnante, dure deux heures et demie. Il fallait un brin d’audace pour prêter à ce thriller un laps de temps généralement réservé aux trucs bibliques ou aux machins napoléoniens.
Cependant, le résultat est là, indiscutable : pas une minute l’étau ne se desserre, pas une seconde le regard ne se voile d’indifférence ; devant l’écran, la participation est totale : pas un mot, pas un bruit, rien que des yeux emplis de curiosité, voire d’angoisse.
Pierre Ajame, Les Nouvelles littéraires,
5 novembre 1966.

1 commentaire:

  1. Ah, Melville et Lino...

    Et dire que dans la distrib initiale, c'était le Reggiani qui devait faire Gu et la Signoret Manouche, avec Lino en Blot... (soupir...)

    Mais Melville, quoi, quand même...

    RépondreSupprimer