29/11/2009

la mémoire photographie (129)


Margaret Durow,
vingt ans,
ressortissante
du Wisconsin.



Via L O Z.

deux heures en apesanteur (79)


Une série B mitonnée avec tous les ingrédients qui vont bien, à partir de faits réels impliquant une princesse à la cuisse légère, les services secrets de sa gracieuse maman en cheville avec des casseurs et l'impunité de certains desdits casseurs, qui avaient pourtant sévi sur Baker Street.

28/11/2009

signalétique atypique (81)


Sûr que c'est pas brillant, mais c'est aussi arrivé à d'autres.

une bibliothèque en désordre (81)


"A l'écouter, on a froid dans le dos. Parce que ces "machins" (le terme est de Gainsbourg) expriment une froide violence, un délire raisonné. Lui-même ressemble à ce qu'il chante [...]. On est devant un Pierrot lunaire qui a exploré le désespoir jusqu'au point précis où l'on se met à rigoler de soi-même et des autres".

Eve Dessarre,
France-Observateur
, 1958.

la mémoire photographie (128)


On peut être rétif à l'intérêt éventuel des magazines de mode mais apprécier les Polaroid de la Londonienne Wendy Bevan.

Via mr. J.

signalétique atypique (80)

pour participer, suffit de pas participer







Na.

25/11/2009

look up to the skies and see


Merci à Karate Boogaloo, à Crawdaddy et aux Muppets.

signalétique atypique (79)






Via Dark Roasted Blend.

deux heures en apesanteur (78)


Le Bien, le Mal, les dilemmes exemplaires, on n'est pas obligé d'aimer ça outre mesure.
Mais quand les acteurs se donnent du mal et qu'un type cherche, à partir d'un Lehane bien glauque, à poser la misère sociale et morale sur la table sans en faire une carte postale, on voit un vrai film.

la mémoire photographie (127)







Dave Aharonian
via
Art Nudes.

22/11/2009

deux heures en apesanteur (77)


Du vice très gentillet, servi par une floppée de grands noms, d'Eugène Ionesco à Georges Wilson en passant par Philippe de Broca et Claude Rich. Hétérogène, plein de fantaisie, avec quelques moments de grâce et des visages en noir et blanc surgis de très très loin.

21/11/2009

la mémoire photographie (126)


teguila33







via shuka4 | Oles Romanyuk.

signalétique atypique (77)

une bibliothèque en désordre (80)


— Pour changer, il suffit de faire autre chose.
— Oui... mais quoi ?
Elle attendit que le garçon dépose le café et s'éloigne. Elle but sa tasse très vite.
— On ne peut pas rester seul. Seul, on n'a le goût de rien, jeta-t-elle comme une naufragée.
Elle se versa une autre tasse qu'elle but sur le même rythme.

la mémoire photographie (125)





-
I am an unbeliever who has a nostalgia for a belief.


Anna Vitale, via silverbeauty.

signalétique atypique (76)




Via Dark Roasted Blend.

deux heures en apesanteur (76)


Choose money over honey? Shiiiiit. Man, you can pull out my groin, just gimme that coin! Man, I'd rather be dead than not have any bread! Pinky's mama didn't raise no fool!

une bibliothèque en désordre (79)


N'écoute pas les sophistes qui professent un cosmopolistisme dissolvant, qui nient la Patrie et qui répudient le devoir. Ce sont des ennemis publics ; s'ils étaient suivis, ils précipiteraient la France vers la décadence et la mort, comme leurs aînés ont fait de la Grèce et de Rome.

19/11/2009

signalétique atypique (75)

deux heures en apesanteur (75)


Une femme d'action roulée comme un petit Lu mais capable de casser la gueule à tous les gros durs, ça force le respect, surtout sur un fond musical bien foutu.
Et les critiques n'ont rien à dire - c'est pas du cinéma, de toute façon.

18/11/2009

la mémoire photographie (124)








Signé
Ana Cuba,
magicienne
barcelonaise.

une bibliothèque en désordre (78)


Ça fait un bail que Pétillon emballe Pop9. Ce n'est pas en maltraitant un paradis fiscal — même fictif — et les strates d'hypocrisie afférente qu'il cessera de le faire. Avec Rochette ou tout seul, dans Le Canard ou dans ses albums, ici ou au Bürgenzell, Pétillon est à la fois un cador et un mec intéressant. Dommage qu'on en parle si peu.

signalétique atypique (74)







Photo Jacqueline Collange.

deux heures en apesanteur (74)


Pas de scénario (des scènes inutiles, des soucis de cohérence...) mais ça ne dérange pas grand monde, les atouts du film étant ailleurs...

She's brown sugar and spice,
And if you don't watch it,
She'll put you on ice!

17/11/2009

animusic - pipe dream


Recommandé par mr. J.

16/11/2009

la mémoire photographie (123)


Quelques nus de Walter Bird (1903-1969) à l'honneur chez femina/retro_dome.

signalétique atypique (73)






Via Dark Roasted Blend.

une bibliothèque en désordre (77)


Devant eux, à droite, ils aperçurent une pancarte. En approchant, les phares du camion l'éclairèrent et ils lurent :
SOYEZ LES BIENVENUS
A COPPER CANYON !

— Ça alors, c'est pas mal ! s'écria Chambers. Tu te rends compte ?

15/11/2009

la mémoire photographie (122)


Les travaux paisibles et sans esbroufe
de Ray Bidegain, inconditionnel
du platine-palladium,
vous sont recommandés
par Andrew Kaiser.

14/11/2009

signalétique atypique (72)

deux heures en apesanteur (73)


Ce film est, nous dit-on ici, "un festival de confusion autour d'une histoire sans justification, avec des dizaines de personnages, qui revient en dernière analyse à deux paires de jambes et [deux paires de] seins se balançant dans un uniforme de prison, dévalant les collines et divertissant le public". Tout est dit.

11/11/2009

la mémoire photographie (121)


Dans la série "greniers accueillants", la bande à Charlie Parker, qui s'y connaît, recommande non sans raison le chained and perfumed de Mike, une fameuse collection de choses photographiques ayant trait au cinoche, à la zizique, à la télé et aux vieux magazines.

une bibliothèque en désordre (76)


Il a l'esprit ailleurs, à la dérive dans un passé où il erre parmi les êtres fantomatiques qui lui encombrent la tête, et il s'efforce de répondre à la question qui l'obsède.
Moui. Souvent, Paul Auster emballe Pop9. Là, c'est le flop, l'ennui. On s'en tiendra aux précédents et, avec du bol, au prochain.

deux heures en apesanteur (72)


- Je vous donnerai toute ma forrrce pour que vous accomplissiez votre vengeance.

Dans le genre érotico-cucul, une sacrée rigolade qui justifie sans doute le culte Rollin et remet en cause la hiérarchie du nanar.

signalétique atypique (71)

09/11/2009

deux heures en apesanteur (71)


Il y a le film, qu'on hésite un peu à trouver inoubliable, et puis il y a Pam Grier, au sujet de laquelle les hésitations n'ont pas cours.

la mémoire photographie (120)


On a mentionné Starlet Showcase deux étages plus bas, à propos de Francesca Woodman, mais c'était trop rapide, il faut appuyer, il faut insister plus lourdement sur les trésors que recèle ce site tenu par un quinqua partageur.

Sa collection aimablement étalée est tout bonnement é-pa-tante.

deux heures en apesanteur (70)


De la série B bien carrée avec des cavalcades, des coups de flingues, une garce, le futur papa de l'inspecteur Harry et un Lee Marvin tout gamin. Ça cligne parfois de l'oeil (il y a un Johnny Sombrero et un Pop Muzik) et pour tout dire, y a pas d'mal à s'faire du bien.

la mémoire photographie (119)


Une étoile filante nommée Francesca Woodman.



Via Starlet Showcase.

une bibliothèque en désordre (75)


— Bon, d'accord. Voilà l'histoire. C'est une bande de nonnes cloîtrées qui habitent ce couvent en plein centre de Manhattan et qui ont fait voeu de silence.
L'an dernier une nouvelle est entrée dans leur ordre, la première depuis cinq ou six ans...
— J'ai pas de mal à le croire, dit Kelp.

signalétique atypique (70)

07/11/2009

deux heures en apesanteur (69)


T'aurais pas 60 minutes ou p't-êt' 60 dollars ?
Nan. Mais j'dois bien avoir dans les 20 minutes et p't-êt' 20 dollars. C'est d'accord ?
Ooh, c'est bête que t'aies pas 40 minutes et p't-êt' 40 dollars...
Ouais. C'est vraiment bête.
C'est bête, hein ?
Comme j'te dis, j'ai 20 minutes et p't-êt' 20 dollars...

la mémoire photographie (118)


Lillian Bassman




via Vintage Spirit.

deux heures en apesanteur (68)




Mon époque ? Elle est mécanique. Mais si on cherche bien, elle a quand même une âme.

un p'tit commerce comme un autre


La police de l'Arizona a percé le mystère de la disparition à répétition de bagages à l'aéroport de Phoenix : elle a découvert au domicile d'un couple du coin un millier de valises et autres sacs volés.

Ledit couple était efficace pour faucher les bagages, mais aussi pour les écouler - tout bêtement en organisant des vide-greniers.

Merci Reuters.

04/11/2009

"on bosse ici, on vit ici, on reste ici !"


Trois mille travailleurs sans papiers sont en grève pour gagner leur régularisation administrative et l’amélioration de leurs conditions de travail. La plupart paient des impôts et cotisent. Ils ne prennent le travail de personne et l’exercent
souvent dans des conditions particulièrement pénibles, parce que sans droits. Pétition par ici.

deux heures en apesanteur (67)


So the women were strangled with a double square knot.
...
What are you trying to tell us, that it was a doctor or an Eagle Scout?